Archives for the month of: mai, 2014

A l’appel du collectif ‘Conseildead’, environ 200 artistes selon la police, se sont rassemblées, jeudi à 13 heures, place de la Monnaie à Bruxelles. En fin d’action, ils ont envoyé aux présidents de partis leurs deux pétitions avec plus de 8.000 signatures, au travers desquelles ils dressent un relevé des chantiers majeurs de la prochaine législature et demandent la tenue de nouveaux États généraux. Des discours ont été prononcés sur les marches du théâtre de la Monnaie. « L’essentiel pour nous est de remettre l’artiste au centre des débats, mais aussi du financement, c’est-à-dire en soutenant économiquement la création artistique », défend Stéphane Arcas, représentant de ‘Conseildead’.

« On veut être payé quand on travaille. La plupart du temps, on est entre le bénévolat et le travail au noir. On est quasiment plus payé durant les répétitions », indique-t-il. Il justifie cet état de fait en avançant que « le financement des lieux n’est pas réindéxé alors que les salaires des employés et les coûts continuent d’augmenter ». « L’enveloppe de la création se réduit comme une peau de chagrin au fur et à mesure des années et cela ne laisse que peu de moyens pour créer et encore moins pour payer les artistes », ajoute-t-il.

Pour assurer l’indépendance des créateurs, les signataires demandent prioritairement la pérennisation des budgets d’aide à la création en les faisant sortir du rang des « dépenses facultatives » et la révision de la réforme du statut d’artiste. Plus largement, ils demandent un refinancement de la Culture et la tenue de nouveaux Etats généraux du secteur artistique dans sa globalité, Communautés française et flamande confondues.

Auteur: Agence Belga
Source: La Libre (mis en ligne le 23/05/2014) 

Quel avenir pour nos grands musées et établissements scientifiques fédéraux (Bibliothèque royale, Archives, etc.) ? On sait que le projet de Philippe Mettens, le patron de la politique scientifique, de créer des “Pôles” avec fusions entre établissements a été arrêté par le secrétaire d’Etat Philippe Courard. Mais la question de l’avenir de ces institutions reste posée et le dossier devrait se retrouver sur la table du futur gouvernement.

La N-VA, en tout cas, voudrait leur accorder une plus grande autonomie “sous le contrôle des communautés flamande et française et elle n’exclut pas de lier certaines aux universités. Une manière de “défédéraliser” ces institutions.

Une étrange initiative

La ministre flamande de la Culture, Joke Schauvliege, a pris dans ce contexte une étrange initiative. Elle a convoqué à une réunion “confidentielle” (“vertrouwelijk overleg”) un groupe de personnalités des grandes institutions fédérales, ce mercredi 9 avril, à son cabinet. Pour, dit-elle, “délibérer et réfléchir à ce que pourrait être à l’avenir, un bon ‘emboîtement’ des institutions culturelles et scientifiques fédérales en tenant compte de la sixième réforme de l’Etat .

 

Pourquoi pas. Il est de fait utile que les niveaux de pouvoir se parlent et il est surprenant qu’aucune concertation n’ait encore eu lieu entre le fédéral et les communautés sur ce sujet. Mais il est très maladroit de lancer une telle réunion à la veille des élections et surtout de n’inviter à cette concertation que les seuls responsables néerlandophones de ces institutions. On retrouve dans les invités les directeurs quand ils sont flamands (Guido Gryseels de Tervuren, Karel Velle pour les Archives générales, Christina Costermans pour l’Irpa), mais quand les directeurs sont francophones, ce sont les adjoints néerlandophones qui sont invités (Frédéric Leen et Joost Vanderauwera au musée des Beaux-arts, Werner Adriaenssens et Bart Suys au Cinquantenaire, Robert Nouwen à la Bibliothèque royale).

Si l’idée d’une concertation n’est pas mauvaise, la date choisie et la liste des invités ne peuvent que relancer la crainte d’une “défédéralisation” de ces institutions.

Auteur: Guy Duplat
Source: La Libre (mis en ligne le 07/04/2014) 

Un nouveau musée d’art moderne et contemporain ouvrira ses portes lors de l’année 2017 dans les bâtiments Citroën situés le long du canal. Rudy Vervoort a confirmé ce jeudi à L’Echo ce qui avait été annoncé samedi 3 mai.« Nous aurons notre MoMa, notre Guggenheim », se félicite le ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale Rudi Vervoort dans les colonnes du quotidien.

La Région bruxelloise a scellé un préaccord avec le constructeur automobile PSA-Peugeot Citroën afin d’installer ce nouveau musée dans les bâtiments du groupe situés place de l’Yser. Le futur musée couvrira une surface de 16.000 mètres carrés et devrait abriter des Picasso, Dali et autres Miro.

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort explique que la zone du canal a été choisie afin de « réconcilier les deux côtés de Bruxelles ». « C’est un symbole très fort qui montre que nous comptons effectivement développer la zone. »

Auteur: Agence Belga
Source: Le Soir (mis en ligne le 08/05/2014)