Les 115 centres culturels de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont adressé vendredi une lettre ouverte à la ministre francophone de la Culture, Joëlle Milquet, l’invitant à leur rendre visite pour qu’elle se rende compte de leurs réalités et de leurs difficultés.

Les inquiétudes formulées dans cette lettre sont en lien avec le décret du 21 novembre 2013 relatif aux centres culturels. « Ce décret demande une approche plus participative. Il a pour but de recentrer les activités sur une action culturelle générale de base (théâtre, cinéma, valorisation du patrimoine de la région, etc.) avant de se spécialiser.

Les centres culturels ont jusqu’à 2018 pour rendre leur dossier de reconnaissance. « Tous jouent le jeu mais les moyens ne changent pas et nous n’avons aucun retour de la ministre », explique-t-on au centre culturel de Dinant.

« Les centres culturels ont l’impression d’être méconnus voire abandonnés par un gouvernement qui hésite à investir dans une culture qui s’engage pour le renouvellement de la démocratie et du vivre ensemble », indiquent-ils dans leur courrier.

Les centre culturels font également état des difficultés qu’ils ont à assumer leurs missions comme relais de pratiques artistiques, à maintenir leurs politiques tarifaires démocratiques ainsi qu’à garantir la continuité de l’ensemble de leurs associations, services aux citoyens et la poursuite de leurs partenariats.

« Le volume d’emploi et les conditions de travail indispensables pour développer une action professionnelle ne seront bientôt plus garantis; c’est une source d’inquiétudes quotidiennes », précisent-ils.

Mme Milquet assure rencontrer régulièrement les représentants des centres culturels

La ministre francophone de la Culture, Joëlle Milquet, a assuré qu’elle rencontrait tous les deux mois les représentants des centres culturels pour aborder avec eux, « dans un esprit constructif », les différents sujets relatifs à la politique des centres culturels. Elle répondait ainsi à une lettre ouverte que lui ont adressé les 115 centres culturels de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l’inviter à leur rendre visite afin que Mme Milquet se rende compte de leurs réalités et de leurs difficultés.

Mme Milquet (cdH) a rappelé dans un communiqué que, dès son entrée en fonction, elle a refusé d’accepter le moratoire décidé pour toute la législature sur le secteur des centres culturels par les négociateurs de l’accord de gouvernement la Fédération Wallonie-Bruxelles pour permettre une évolution positive du secteur « dans le cadre des marges disponibles, hélas limitées, du budget de la Culture ».

Elle ajoute avoir permis en 2015, « par une adaptation décrétale que le décret voté en fin de législature, sans hélas aucun moyen prévu pour le financer, puisse permettre de nouvelles reconnaissances et que la dynamique du décret soit enclenchée ».

Auteur: Agence Belga
Source: La Libre (mis en ligne le 18/03/2016)