A l’appel du collectif ‘Conseildead’, environ 200 artistes selon la police, se sont rassemblées, jeudi à 13 heures, place de la Monnaie à Bruxelles. En fin d’action, ils ont envoyé aux présidents de partis leurs deux pétitions avec plus de 8.000 signatures, au travers desquelles ils dressent un relevé des chantiers majeurs de la prochaine législature et demandent la tenue de nouveaux États généraux. Des discours ont été prononcés sur les marches du théâtre de la Monnaie. « L’essentiel pour nous est de remettre l’artiste au centre des débats, mais aussi du financement, c’est-à-dire en soutenant économiquement la création artistique », défend Stéphane Arcas, représentant de ‘Conseildead’.

« On veut être payé quand on travaille. La plupart du temps, on est entre le bénévolat et le travail au noir. On est quasiment plus payé durant les répétitions », indique-t-il. Il justifie cet état de fait en avançant que « le financement des lieux n’est pas réindéxé alors que les salaires des employés et les coûts continuent d’augmenter ». « L’enveloppe de la création se réduit comme une peau de chagrin au fur et à mesure des années et cela ne laisse que peu de moyens pour créer et encore moins pour payer les artistes », ajoute-t-il.

Pour assurer l’indépendance des créateurs, les signataires demandent prioritairement la pérennisation des budgets d’aide à la création en les faisant sortir du rang des « dépenses facultatives » et la révision de la réforme du statut d’artiste. Plus largement, ils demandent un refinancement de la Culture et la tenue de nouveaux Etats généraux du secteur artistique dans sa globalité, Communautés française et flamande confondues.

Auteur: Agence Belga
Source: La Libre (mis en ligne le 23/05/2014)