On se souvient des longs débats autour des « Pôles » à créer entre musées et établissements scientifiques fédéraux (ESF) et de la volonté de Philippe Mettens, le président des services de politique scientifique (Belspo) de rapprocher ces établissements pour réaliser des synergies et économies d’échelle. Cet accord gouvernemental change tout. D’abord, Belspo, le SPP Politique scientifique, est supprimé (Philippe Mettens perd son « poste »). Les ESF (musées, Bibliothèque, IRM, etc.) auront une nouvelle structure basée au contraire sur « une autonomisation des différents établissements. On examinera l’opportunité de réaliser cela en collaboration avec, entre autres, des acteurs privés, d’autres autorités publiques et des institutions académiques ». Mais néanmoins, partant sur la base de ces établissements plus autonomes, on cherchera « par des considérations de rationalisation, par des services partagés à faire des économies d’échelles indispensables (par exemple : ICT, logistique, gardiennage, traductions etc.). Ils établiront des synergies là où des coopérations nationales et/ou internationales s’imposent. A cet effet, un collège des directeurs généraux sera créé. Les ESF disposeront chacun d’une dotation distincte. »

La politique spatiale devient autonome mais pas sous forme d’une « Agence spatiale fédérale » mais bien d’un « Office interfédéral pour l’espace » où les régions seront impliquées et veilleront à « un juste retour » . Un pas vers la régionalisation du spatial ?

Le secrétariat polaire d’Alain Hubert obtient une autonomie plus grande.

Jan Jambon aux musées ?

Pour le biculturel, le gouvernement « maintient son investissement dans les institutions culturelles fédérales (le Théâtre royal de la Monnaie, l’Orchestre national de Belgique (ONB), le palais des Beaux-Arts (Bozar – notre photo) » , et il précise, « en étroite concertation avec les communautés » . Le gouvernement examinera comment des synergies et des gains d’efficacité peuvent être réalisés grâce « à une étroite collaboration entre l’ONB et la Monnaie » (on parlait beaucoup d’un pas vers la fusion des deux orchestres). Si on ne parle pas de communautariser les musées, on lit cependant « qu’afin de mieux mettre en valeur le patrimoine artistique pour un public large, la possibilité d’échange des collections d’arts entre l’Etat fédéral et les entités fédérées sera examinée et, le cas échéant, des protocoles de coopération nécessaires seront conclus ».

Plusieurs portes sont donc entrouvertes vers une intervention plus grande des Communautés dans la culture fédérale. Une perspective d’autant plus probable qu’on disait jeudi que Jan Jambon, le futur vice-Premier ministre N-VA aurait insisté pour prendre aussi ce poste (les ESF) dans ses attributions. Didier Reynders ayant insisté pour avoir Beliris (le financement de Bruxelles) et les grands établissements biculturels fédéraux (ONB, Bozar et Monnaie).

Ajoutons que les mesures générales d’économies dans la Fonction publique risque de frapper aussi la culture (on parle de 10 % de baisse). Une crainte encore plus vive.

Auteur: Guy Duplat
Source: La Libre (mis en ligne le 09/10/2014)