Indignez-vous!

Ce mot d’ordre, répandu à l’initiative heureuse d’un sage, Stéphane Hessel, n’est pas nécessairement facile à mettre en oeuvre. Les enjeux dont il est souvent question sont de dimension planétaire. Qu’il s’agisse des droits de l’homme, des menaces climatiques, de la puissance des marchés, on se sent toujours dépassé et il est difficile de faire le lien avec son quotidien. Le monde entier évoque ces questions chaque jour qui passe mais peu arrivent à les intégrer dans leur choix de vie. Nous sommes happés par d’autres logiques et prenons rarement la peine d’être les acteurs d’un changement apparement urgent et indispensable.

Quand j’ai appris il y a quelques jours la probable disparition de l’émission « Terre de Sons« , le sentiment d’indignation s’est répandu en moi, d’un seul coup, physique et sans équivoque. Je me suis demandé à quelle priorité pouvait bien répondre cette décision. Musique 3 est une radio de grande qualité. Elle accompagne ma vie depuis des décennies. Elle s’est ouverte il y a quelques années au jazz, musiques du monde et d’aujourd’hui avec ce même souci permanent de faire partager qualité et diversité. C’est une forme de résistance cruciale et de plus en plus rare dans un monde tellement dominé par l’uniformisation des formes et des codes.

Indignation, stupéfaction et incompréhension dès lors en apprenant la bien mauvaise nouvelle de la fin d’une aventure menée par Etienne Bours, avec tant de métier et de générosité. Aux côtés d’une Pascale Vanlerberghe en passeuse enjouée, Etienne nous a emmené à travers cette diversité hallucinante des peuples et de leurs musiques. Le monde a besoin d’entretenir sa connaissance de la diversité artistique et culturelle car celle-ci est réellement menacée.

***

Madame la Présidente du Conseil d’Administration
Monsieur le Directeur des radios
Monsieur le Directeur de Musique 3
,

Vous êtes sans aucun doute confrontés à de difficiles décisions de management, de gestions des finances et des ressources humaines. Il est facile de porter des jugements de l’extérieur et de condamner des décisions quand on n’est pas au coeur de l’action. Je suis directeur d’un centre culturel. A mon échelle, je suis confronté à de nombreuses critiques et incompréhensions. Je ne sous-estime donc pas du tout la difficulté de votre tâche dans un contexte socio-économique que tout le monde sait tellement cruel. Néanmoins, je me permets d’insister sur l’âme de votre magnifique radio.

L’émission Terre de Sons, aux côté de nombreux autres moments radiophoniques que vous proposez, ne peut être balayée pour répondre à des objectifs de rentabilité ou d’équilibre budgétaire.

Réfléchissez à d’autres options. Mettez en oeuvre vos capacités d’imagination, de création. Ne sacrifiez pas ce que vous avez si bien réussi. Sous le prétexte de l’audimat ou du besoin de renouvellement, ne tuez pas ce qui fait la qualité, la pertinence, la nécessité de Musique 3 dans le paysage radiophonique francophone.

Je suis convaincu que vous aussi, vous êtes régulièrement indignés par ces décisions et informations qui nous touchent ou nous frappent quotidiennement. Aujourd’hui, c’est à vous, et à vous seuls, de ne pas prendre une décision dont nous sommes si nombreux à être indignés.

En vous remerciant pour votre lecture attentive.

Jacques-Yves Le Docte