A partir du mois d’avril et jusqu’en juin, les Etats généraux de l’Eau transformeront Bruxelles en un foisonnement d’activités sur le thème de l’eau en ville : débats, colloques, films, fêtes, assemblées, promenades, visites,… Organisées par la société civile, ces activités ont pour objectif est de créer une réflexion autour de ce liquide vital.

Comme l’EGEB l’explique, l’eau est un bien commun, indispensable mais, en ville, on ne l’aperçoit de moins en moins de sa présence. « Elle n’est plus qu’affaire de tuyauteries, au risque de ne devenir qu’un bien marchand. (…) L’eau doit rester un bien commun, c’est-à-dire rester accessible à tous ».

Dès lors, les Etats généraux se veulent une action militante qui redonne conscience sa place à l’eau et à ses cycles de vie au cœur de la cité et seront les meneurs d’«une vaste réflexion sur la question de l’eau, de soutenir la création d’un mouvement durable sur ces questions, d’éclairer le citoyen sur ses enjeux et de peser sur les politiques publiques en la matière. Ils seront contemporains de l’enquête publique sur le plan de gestion de l’eau menée par la Région de Bruxelles-Capitale. »

En attendant le mois d’avril, une première plateforme des Etats généraux est organisée le 3 février de 18 à 21h au Mundo-B, rue d’Edimbourg, 26, à Ixelles. La rencontre vise à commencer à élaborer le programme, établir une ligne du temps et présenter les grandes lignes de ces EGEB, autour du principe de l’auberge espagnole (pain et boissons offerts). Elle est ouverte à tous les acteurs associatifs ou publics, experts et citoyens, acteurs urbains et en environnement.

***

Contact

0476/ 655. 985