Zinneke (définition) : nom brusseleer désignant « La Petite Senne », rivière qui contournait Bruxelles pour éviter les inondations. Ce terme est également employé pour les chiens bâtards. Par extension, le Zinneke est celui qui a des origines multiples. Bref, ce mot est une véritable source d’inspiration pour refléter la diversité culturelle présente à Bruxelles et qualifier la Parade bigarrée et cosmopolite qui réunit la population tous les deux ans.

Et bien évidemment, les Centres culturels bruxellois sont de la partie à chaque édition ! Cette année, le rendez-vous est fixé au 19 mai.

La Zinneke Parade en quelques mots…

La Zinneke est une parade ancrée dans le folklore de la ville de Bruxelles. Depuis Bruxelles 2000, ville européenne de la culture, ses organisateurs cherchent à mettre en valeur de manière créative et artistique une diversité au niveau des cultures, origines, groupes sociaux, langues et générations à travers les communes de Bruxelles. La Zinneke, c’est aussi un ensemble de collaborations inédites entre artistes, écoles, associations socioculturelles et entreprises. Amateurs ou  professionnels, tous se retrouvent autour de ce projet commun.

Pour chaque édition, le thème reflète certains enjeux urbains. Dans le passé, se sont succédées entre autres «Les Zinnergies », « Toekomst à venir », « Eau/Water » ou encore « A table/Aantafel ». « Lors de l’édition 2012, qui aura lieu le 19 mai prochain, c’est le « Désordre/Wanorde » qui chamboulera la capitale.

Quand le désordre se décline à l’envi

Le cortège est l’aboutissement d’une création participative dirigée pendant deux ans par un porteur de projet et un coordinateur artistique désignés pour chaque entité. Ces groupes, appelés les Zinnodes, sont constitués de partenaires, généralement issus d’un même quartier, et qui ont l’opportunité de décliner le thème général selon leurs propres envies et affinités.

Cette année, pas moins de vingt-deux groupes dévoileront leur travail lors du grand défilé bruxellois. Quatre Centres culturels bruxellois – Escale du Nord, l’Espace Senghor, le Centre culturel Jacques Franck et la Maison de la Création – se sont lancés dans l’aventure en tant que coordinateurs des projets de leurs communes respectives. Concrètement, différents types d’ateliers sont proposés aux habitants : danse, expression corporelle, exploration musicale, costumes, masques, etc.

Les Centres culturels…tous des Zinnekes !

Le Centre culturel Escale du Nord propose « Anachrome », la Zinnode d’Anderlecht. Elle imagine le désordre comme une lutte confrontant les couleurs vives au gris « Bruxelles ». Durant la Parade, le peuple Arc-en-miel, coloré et heureux, devra affronter le géant Ordrix, un sombre dictateur à la cape grise! Cette métaphore représente le pouvoir totalitaire que peut posséder un dictateur sur une population et l’organisation de celle-ci pour s’en échapper. Les habitants ont la possibilité de participer à des ateliers de danse, de pyramides humaines, d’échasses et même de « calinothérapie » afin d’exprimer toute leur joie de vivre au public!

L’Espace Senghor supervise la Zinnode d’Etterbeek, la « Zot herbe fol ». Vous l’aurez compris, le désordre etterbeekois est directement inspiré de la nature urbaine. Incarnant ces fameuses herbes folles, certains participants ont appris à se comporter comme telles lors des séances de théâtre et danse. Lors de l’atelier mouvement, ces petites herbes apprennent à bouger au gré du vent et des saisons. D’autres habitants, des personnes âgées ou des couturières par exemple, ont préféré s’atteler à la confection de costumes et d’accessoires.

Le Centre culturel Jacques Franck est quant à lui coporteur du projet saint-gillois « Corpozimut » avec la Maison de Jeunes Le Bazar. Cette Zinnode travaille sur les désordres corporels. Lors de l’atelier masque, les participants travaillent sur des expressions populaires, « avoir la tête dans les nuages » ou « des fourmis dans les jambes »; le but est ici d’exprimer le ressenti du corps. Entre les ateliers défilants -exploration musicale, danse hip hop, danse et voix, expression corporelle et les ateliers non-défilants -atelier masques et costumes-, les Zinnekes saint-gillois ont le choix de s’essayer à ces différentes disciplines.

La Zinnode de Laeken et de Neder-over-Hembeek « You bent ici » est coordonnée par la Maison de la Création avec La Cité Culture et le GemeenschapcentrumNekkersdal. La multiculturalité bruxelloise a été retenue par les participants pour façonner leur propre idée du désordre. Selon Violette Nys, chargée de la Zinneke pour la Maison de la Création, « cette multiculturalité est la plus grande richesse de Bruxelles, mais aussi son plus grand désordre. On retrouve différentes cultures qui peuvent provoquer des chocs culturels mais aussi des rencontres et donc un échange mutuel».Concrètement, lors du défilé, le char sera équipé d’un tampon encreur géant qui marquera les sols bruxellois de l’inscription « Vous êtes ici ». Un acte qui pose la question des frontières entre les quartiers bruxellois. La déclinaison du thème va jusqu’à la présence du logo sur les costumes. Afin d’interagir avec le public, les participants tamponneront même les gens, dans une ambiance « bricophonique », faite de brics et de brocs avec casseroles, cymbales et tambours à l’appui!

Regards croisés

La Zinneke Parade est donc une création participative qui suscite la rencontre de publics variés en permettant à tous d’expérimenter le « vivre ensemble«  urbain. La diversité des lieux d’ateliers offre en outre aux habitants la possibilité de (re)découvrir les différents sites culturels de leur commune. Et puis, réunir les partenaires associatifs d’un même quartier autour d’un tel événement permet d’ouvrir les portes à de futures collaborations et à de potentiels nouveaux projets !

Pour Charlotte Launoy, chargée du projet Zinneke au Jacques Franck, « Cette événement est d’abord un projet fédérateur qui rencontre les objectifs de participation du plus grand nombre à la vie culturelle et à la confrontation des pratiques artistiques des Centres culturels. Cela rejoint également les missions de cohésion sociale et d’impact sur le territoire local et régional. En d’autres termes, il s’agit de créer un projet ensemble et d’impliquer les associations et les habitants d’un quartier ».

Les animateurs des quatre ateliers apprécient la richesse des rencontres tant avec le public qu’avec les partenaires ou les artistes. Du point de vue de la population, la Zinneke donne la possibilité d’aller vers l’autre dans une ambiance créative et conviviale. Elle offre également des voies d’expressions (notamment artistiques) jusqu’alors inconnues pour certains. Les enfants, qui représentent une bonne partie des participants, voient leur créativité, imagination et ouverture aux autres encouragées lors des activités de préparation à la Parade.

Allez Zinnekes, envie de découvrir le résultat final ? Rendez-vous le 19 mai 2012 dans le centre-ville pour assister à un « Désordre/Wanorde » festif et haut en couleurs !

Galerie photo des ateliers

***

Lauren Cornet et Naomi Bris, Stagiaires en communication
Lamia Mechbal, Coordinatrice
Bénédicte Williot, Chargée de communication

Concertation des Centres culturels bruxellois